Deux policiers des ex-RG dans le lycée d'un jeune blogueur

Publié le par Désirs d'Avenir Castelnau-de-Médoc

Son tort : avoir voulu informer sur les réformes Darcos. Avant fermeture, son site n'avait reçu que quinze visites.

La tenue d'un blog de lycéens sur les réformes Darcos a valu à un lycée de la banlieue parisienne la visite de deux policiers :  l'affaire, ubuesque, remonte à début janvier, mais il aura fallu l’intervention d’un élu de Bry-sur-Marne et d’une journaliste du Parisien pour que l'information commence à émerger.

En décembre dernier, au plus fort des grands mouvements de manifestations menés contre les réformes Darcos, deux jeunes élèves du lycée Paul Doumer du Perreux-sur-Marne mettent en ligne un blog, « CIL94170 », CIL pour Comité indépendant lycéen.

Leur objectif : relayer les informations relatives aux manifestations lycéennes et à la réforme Darcos en général. Rien de bien révolutionnaire : le site reprend quelques articles parus sur le sujet dans la presse nationale, confronte différents points et annonce les dates des prochaines manifestations.

Point d’injure ni de propos diffamatoires, pas d’appel à la haine ni au rassemblement... Rien, en somme, qui puisse porter atteinte à la sûreté de l’Etat. Le blog n’aura d’ailleurs en tout et pour tout qu’une quinzaine de visites, c'est dire son influence !

Le 2 janvier, une journaliste du JDD interviewe Stéphane*, 15 ans, par téléphone. Suite à cet entretien, cette journaliste publie, le 4 janvier, un article dans lequel elle présente les deux blogueurs comme les instigateurs d’une manifestation organisée à Sèvres-Babylone : 

« A Paris, une manifestation est ainsi prévue jeudi, à 14 heures, au métro Sèvres-Babylone, à l'initiative du comité indépendant lycéen 94, créé pendant les vacances scolaires par des élèves du Val-de-Marne. »

Deux agents des RG se présentent au lycée

Le lendemain de la publication de cet article, la proviseure du lycée Paul-Doumer du Perreux-sur-Marne, dans lequel sont scolarisés les deux adolescents, reçoit la visite de deux agents qu'elle dit s'être présentés comme de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur, ex-renseignements généraux).

Motif invoqué de cette visite : il y aurait au sein du lycée deux agitateurs qui fomenteraient une micro-révolte. Les deux policiers s’enquièrent des situations professionnelles, adresses et coordonnées téléphoniques des parents des deux ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article