"Pas de quoi avoir la banane ! " par Najat Vallaud-Belkacem.

Publié le par Désirs d'Avenir Castelnau-de-Médoc

par Najat Vallaud-Belkacem.


Bonjour à toutes et à tous,

Quinzaine très politique que celle que nous venons de traverser : Propos accablants et irresponsables du pape sur le préservatif, poursuite de la mobilisation étudiante contre la réforme Pécresse, allégations abjectes et consternantes d'un Le Pen qui se complet dans la récidive négationniste, explications poussives et peu convaincantes de François Pérol devant la commission des finances sur les conditions de sa nomination à la tête des Caisses d'épargne, voyage néo-colonialiste de Nicolas Sarkozy en Afrique sur fond de recul généralisé de la présence française et de repli sans précédent de l'aide au développement tant de l'Europe que de l'Agence française du développement (AFD) ; les déclarations d'intention du Président n'y feront rien, personne n'est dupe et il en faudra plus pour faire oublier le discours de Dakar...

Il y a eu aussi les discussions sans fin concernant la mise en place de statistiques ethniques relancées par le Commissaire à la Diversité Yazid Sabeg. On croyait pourtant qu'après la censure du Conseil constitutionnel, l'avis défavorable de la Commission Simone Veil mise en place pour surmonter la décision des juges, le débat était clos. C'était sans compter sur la ténacité du président de la République, habité de longue date par une obsession ethnique qui ne se dément pas.

http://blog.najat-vallaud-belkacem.com/images/Images_Najat/fleche.gif

Celui qui n'a pas empoché de stock options avant 50 ans...

La semaine aura également été marquée par le mauvais remake des bourgeois de Calais, quelques hauts dirigeants déposant aux pieds de l'opinion publique leurs stock-options.

Il aura en effet fallu un assourdissant concert de critiques, des postures obasmesques d'une droite qui se découvre proche des Français (alors qu'elle n'a eu de cesse de protéger les hauts revenus), pour que les banquiers et autres grands patrons renoncent à leur dividendes, rémunérations exceptionnelles et autres bonus.

Chaque jour désormais une nouvelle entreprise annonce, drapée d'une vertu toute neuve (état neuf jamais servie comme on dit !), qu'elle s'appliquera ce principe éthique nouveau... il faudrait presque les en remercier ! Quant au gouvernement, surfant sur le mécontentement de l'opinion, il vient d'annoncer qu'un décret viendrait prochainement interdire la distribution de stock options ou de bonus aux entreprises aidées par l'Etat. Enfin, prochainement...en septembre au plus tôt, histoire de laisser le temps aux plus intrépides de se retourner quand même...!

Abroger le paquet fiscal

La proposition de loi des parlementaires socialistes et communistes, pas plus que les initiatives courageuses et responsables de quelques back benchers de l'UMP, ne devraient suffire à convaincre le président de la République de supprimer l'injuste bouclier fiscal, ce cadeau aux plus riches qui les exonère de participer à proportion de leurs revenus à la solidarité nationale.

On ne le répétera jamais assez, ce n'est pas un bouclier fiscal à 50%, mais un bouclier fiscal à 39%, car au déjà discutable bouclier à 60% mis en place par Dominique de Villepin, le dispositif d'exonération version Nicolas Sarkozy inclut la CSG (contribution sociale généralisée) et le CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale) au même titre que l'ISF ou l'impôt sur le revenu. Comment justifier l'exonération de ces deux contributions fiscales affectées à la protection de notre système social, comment expliquer que les personnes les plus aisées, qui bénéficient de notre système social, ne participent pas au remboursement d'une dette sociale que toute la collectivité nationale rembourse ?

En ces temps de crise économique et sociale sans précédent depuis la seconde guerre mondiale, l'abrogation de ce dispositif devient un impératif moral et républicain autant qu'économique. Cela permettrait de dégager 15 milliards d'euros, tous les ans!!!, qui pourraient être mis au service de la relance et du soutien au pouvoir d'achat des Français. Le parti socialiste lance une pétition nationale. Soyons les plus nombreux possibles à exiger cette mesure de justice.

La société d'indifférence

Je voudrais terminer enfin par vous recommander une savoureuse lecture à mettre entre les mains des donneurs de leçons de l'UMP, au premier rang desquels l'ineffable Frédéric Lefebvre.

Alain-Gérard Slama, brillant historien, chroniqueur et éditorialiste de talent sur France culture et au Figaro, peu suspect de connivence avec le parti socialiste, vient de publier un essai critique d'une grande justesse aux éditions Plon intitulé La société d'indifférence.

Il se livre à une analyse minutieuse et argumentée des coups portés, sans jamais le nommer, par Nicolas Sarkozy aux principes fondateurs de notre République et à la pratique politique de ces cinquante dernières années : réveil des passions identitaires, entorses à la laïcité, projet de discriminations positives, fichage systématique des citoyens, reprise en main du pouvoir judiciaire ainsi que de l'audiovisuel public... tout y est. Cette lecture, est une belle occasion pour les Républicains modérés de gauche comme de droite d'élever la voix pour défendre des libertés menacées.

Pour voir l’intégralité de l’article cliquez ICI

 

Publié dans L'Espoir à gauche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article