Le "choc" du 21 avril : quand Nicolas Sarkozy transforme des lampadaires en victimes de l'insécurité

Publié le par Désirs d'Avenir Castelnau-de-Médoc

Le 21 avril est une date symbolique. Il y a 7 ans, Jean-Marie Le Pen accédait au deuxième tour de la présidentielle à la suite d'une campagne dont le thème central était l'insécurité. Le "choc" du 21 avril renvoyait le Parti Socialiste dans l'opposition pour un certain temps. Nommé ministre de l'Intérieur après la victoire de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy s'est donc emparé du thème de l'insécurité et a construit sa popularité sur la baisse des chiffres de la délinquance. Sept ans après, devenu président de la République, Nicolas Sarkozy n'a pas oublié l'insécurité.


Mardi 21 avril 2009, Nicolas Sarkozy a organisé une table ronde sur le thème de la "lutte contre l'insécurité et les violences". Cette réunion extraordinaire a eu lieu à Nice en présence des ministres concernés par le sujet : Michèle Alliot-Marie (Intérieur), Rachida Dati (justice), Eric Woerth (ministre du budget). Le maire de Nice, Christian Estrosi, était également présent.

Comme toujours, sur ce thème, la communication est essentielle. Le président de la République n'a pas choisi cette date au hasard. Il s'assure ainsi d'une large reprise dans les médias alors qu'aucune nouvelle annonce n'a été faite. Même les sites internet s'y mettent, comme l'a relevé Arrêt Sur Images, puisque la table ronde a été retransmise en direct sur Lefigaro.fr et Liberation.fr !

Au passage, le chef de l'Etat s'est de nouveau félicité d'avoir fait passer le taux d’élucidation de "25% en 2002" à "38% en 2008". Or, comme nous l'avions déjà évoqué, cette hausse est artificielle. (Lire notre article : comment le ministère de l'Intérieur fait grimper artificiellement le taux d'élucidation)

Source : http://www.politique.net

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article