Quelques nouvelles de la pandémie de la grippe A

Publié le par Désirs d'Avenir Castelnau-de-Médoc

Un épidémiologiste avance le chiffre de 30.000 morts possible en France

Près de 35% de la population française touchée par l'épidémie, entraînant 30.000 morts. C'est le scénario catastrophe évoqué par Antoine Flahaut, épidémiologiste et directeur de l'Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) à Rennes. Selon lui, il est probable qu'un pic se fera sentir «après l'été» et touchera plus d'un tiers de la population. Ce qui, ramené aux 6.000 morts causées en moyenne par la grippe saisonnière, lui permet d'avancer ce chiffre alarmant.

Quinze cas confirmés en France

Deux cas de plus de grippe A (H1N1) sont enregistrés en France, portant à 15 le nombre total de cas confirmés, affirme Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, sur France Inter.

La Chine en mode parano

Les autorités recherchent activement tous les compagnons de voyage du premier patient confirmé du pays pour éviter la propagation du virus. Le porte-parole du ministère, cité par Chine Nouvelle, affirmé que la majorité des voyageurs du vol Pékin-Chengdu avaient été localisés. De nombreuses quarantaines d'office ont déjà été mises en place. Les autorités ont également retrouvé 120 des 144 passagers du vol Tokyo-Pékin sur lequel l'homme avait voyagé, parmi lesquels figuraient plusieurs étrangers qui se sont ensuite rendus dans des hôtels. Le malade, lui, serait dans un état stable, dans un hôpital de la capitale provinciale, Chengdu.

4.694 cas dans 30 pays, 53 morts

Selon le dernier bilan de l'OMS, l'épidémie a contaminé 4.694 personnes dans 30 pays et fait 53 morts. Ces chiffres tiennent compte de l'augmentation significative des cas confirmés aux Etats-Unis ainsi que le troisième décès dans le pays. Il porte également le bilan des décès au Mexique à 48 contre 45 auparavant.

L'OMS défend son système d'alerte pandémique

L'Organisation mondiale de la santé assure que la situation aurait été «beaucoup plus grave» si ses mesures n'avaient pas été mises en place par les pays. Le numéro deux de l'OMS, le Dr Keiji Fukuda, a précisé en conférence de presse que le niveau 5 était maintenu, mais qu'aucun élément ne justifiait de passer en phase 6, signifiant qu'une pandémie est imminente.

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article