Le scanner corporel dans les aéroports sera «facultatif» mais... obligatoire pour décoler

Publié le par Désirs d'Avenir Castelnau-de-Médoc

SECURITE - Mais ceux qui refuseront de s'y soumettre ne pourront décoller...

«Facultatif» mais pas sans conséquence. Les députés ont approuvé, jeudi après-midi, l'expérimentation de scanners corporels pour renforcer la sécurité dans les aéroports français.

Mais petite explication du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux: l'utilisation des scanners corporels se fera «avec le consentement de la personne» mais si le dispositif est «facultatif», la personne qui le refuse «ne prend pas l'avion».

Le test des scanners corporels est autorisé pour trois ans

Ce test est autorisé pour une période de trois ans à compter de la promulgation de la loi sur la sécurité intérieure (Loppsi 2), actuellement en discussion dans l'hémicycle.

L'analyse des images visualisées, précise le législateur, sera effectuée par des opérateurs ne connaissant pas l'identité de la personne et aucun stockage ou enregistrement des images ne sera autorisé.

Son usage devrait être limité au vol vers les Etats-Unis et les destinations à risque.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article