Rétablir la Vérité sur Bernard Tapie, donneur de leçons de morale (DA)

Publié le par Désirs d'Avenir Castelnau-de-Médoc


@RY/Désirs d'Avenir

Les juges Eric de Mongolfier et Eva Joly ont du être tres surpris de lire dans le Journal du Dimanche Bernard Tapie donner des leçons de morale à Ségolène Royal. Lui qui a été condamné pour complicité de corruption, fraude fiscale et abus de biens sociaux, il est manifestement en service commandé par le système Sarkozy que Ségolène Royal a qualifié de corrompu. Lui qui est le spécialiste des stratégies de dépecage des entreprises qui ont laissé des centaines de salairés sur le carreau, lui qui a introduit le poison de la corruption dans le football français en payant des joueurs pour qu'ils perdent, il est à l'évidence la meilleure référence morale qui soit. Le pouvoir Sarkozy a les défenseurs qui lui ressemblent.

En se livrant à la comparaison ridicule entre le constat d'un système Sarkozy corrompu et la critique inadmissible émise par Nadine Morano et Xavier Bertrand à l’encontre de Médiapart, accusés selon eux d’utiliser des méthodes « fascistes », Bernard Tapie, on ne s'en étonnera pas, ne fait pas dans la nuance.

Non ce n’est pas la même chose de s’élever d'un côté contre un pouvoir qui mélange intérêts publics et intérêts privés, et d'un autre côté, de s’en prendre à la liberté de la presse.

Non ce n’est pas la même chose de résister d'un côté à une dérive du pouvoir en invoquant l’Esprit des Lois de Montesquieu, et d'un autre côté, de comparer Edwy Plenel à un admirateur de Mussolini.

Non ce n’est pas la même chose que de s’exprimer d'un côté en femme libre, résolue et courageuse, et d'un autre côté de parler fort et d'être aux ordres pour protéger un pouvoir aux abois.

Toute cette semaine nous avons encore assisté à des révélations qui témoignent de la corruption de ce système qui développe et protège les malversations et les passe droits présumés, et les comportements d'impunité.

"L’honneur en politique", dont Bernard Tapie est disqualifié pour parler, c’est justement de savoir s’opposer et d'exiger la vérité sans subir la crainte des mesures de rétorsion et qui font taire trop de gens.

D'ailleurs, et c'est heureux, la parole se libère de plus en plus, et nous conseillons aux lecteurs de se plier à la lecture de Marianne et du dernier numéro du Nouvel Observateur.

Il est rassurant que la presse se saisisse de l'exigence de vérité et puisse faire sauter le dernier verrou mis par le Juge Courroye. Chacun a compris que c'est parce que Eric Woerth a fait beaucoup de choses qu'il est ainsi protégé. En le protégeant, le système Sarkozy se protège lui-même. Pas pour longtemps encore, espèrent tous les Républicains.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article