Ségolène Royal : "Exigeons que le peuple français soit consulté sur les retraites!"

Publié le par Désirs d'Avenir Castelnau-de-Médoc


 

Ségolène Royal est bien décidée à porter l'exigence démocratique d'un référendum sur la "reforme" des retraites proposée par Nicolas Sarkozy.

Dans un message écrit et vidéo diffusé à l'issue d'une conférence sociale régionale sur la prise en compte de la pénibilité, Ségolène Royal a dénoncé un triple reniement dans la réforme des retraites présentée par le Gouvernement.

 


Premier reniement, Ségolène Royal explique que Nicolas Sarkozy a promis, dans la campagne présidentielle, de ne pas toucher à la retraite à 60 ans. Il n'a pas la légitimité populaire pour détruire cette mesure sociale essentielle pour ceux qui ont commencé à travailler tôt. Lors de l'émission C Politique, l'ancienne candidate à la présidentielle dans une déclaration de mai 2008 sur RTL, avait lui-même déclaré à propos de la remise en cause de l'age légal de départ à la retraite:
"Ce n'est pas un engagement que j'ai pris devant les Français, je n'ai pas de mandat pour cela".
avait même rappelé que Nicolas Sarkozy

Second reniement, celui du "travailler plus pour gagner plus" qui se transforme avec cette réforme en "travailler plus pour gagner moins".

Troisième reniement, celui d'une réforme équitable. Ségolène Royal montre que le capital étant peu mis à contribution et le bouclier fiscal qui protège les grandes fortunes étant maintenu, ce sont les plus précaires qui sont frappés :

"- les métiers pénibles ne sont pas pris en compte. Il faudra prouver une incapacité physique de 20% pour garder le droit à la retraite à 60 ans ! C’est l’hôpital ou la retraite !
- les femmes
dont les retraites vont encore baisser car elles ont des durées de cotisation déjà incomplètes.
- les jeunes
dont le chômage, déjà très élevé, va s’aggraver."

Dans le message vidéo, Ségolène Royal rappelle que démontrer une incapacité physique de 20% équivaut au cas d'un maçon qui  ne peut plus soulever les 2 bras. Autant dire que les salariés qui pourront partir à la retraite au titre de la pénibilité sont en fait ceux qui sont déjà dans l'incapacité physique de travailler.

Ces trois reniements de Nicolas Sarkozy amènent Ségolène Royal à réitérer cette exigence démocratique d'un référedum sur la réforme proposée par Nicolas Sarkozy :

"On voit donc bien que cette réforme ne doit pas passer. Il faut accompagner la bataille parlementaire, que la gauche s'apprète à conuire, par une mobilisation sur l'ensemble des territoires, pour que des petitions se levent partout. Et que nous puissions exiger de Nicolas Sarkozy qui se renie aujourd'hui à 3 reprises, que nous puissions exiger que le peuple français soit consulté sur ce qui le concerne.
A Desirs d'Avenir où notre idéal de vie politique est de considérer que les citoyens doivent être respectés, doivent être associés aux décisions qui les concernent. Et la retraite est un enjeu majeur. C'est le patrimoine de ceux qui n'en ont pas. C'est la récompense de toute un vie de labeur. C'est le droit de vivre une troisième étape de sa vie, en bonne santé et pour profiter de ce salaire différé.
Je considère que les français doivent être consultés pour stopper cette grave remise en cause d'un acquis social important et parce que jous avons la conviction, j'ai la conviction que des solutions alternatives existent (...)
."


Une bataille va donc s'engager dans laquelle Ségolène Royal semble bien décidée à mettre toute son energie et son poids, comme elle avait pu le faire, avec succès, en septembre dernier lorsqu'elle avait ouvert la voir à la remise en cause de taxe carbone de Nicolas Sarkozy.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article